Publications de mars 2021

  • par

C’est l’histoire d’un tram….

Jeudi 11 février 2021, la majorité métropolitaine a acté le report du projet du nouveau tram au profit d’une refonte de l’ensemble des mobilités. L’équipe de l’exécutif ne réalisera pas le tramway fer d’Essey-lès-Nancy à Vandœuvre-Brabois au cours de son mandat 2020-2026.

L’une des raisons majeures est financière. Le contexte est compliqué : la crise sanitaire et ses incertitudes, l’endettement de la Métropole, le cout du projet. Le budget de départ qui était de 250 millions d’euros a explosé pour dépasser les 500 millions d’euros aujourd’hui. Le rapport de la chambre régionale des comptes concernant les finances du Grand Nancy entre 2013 et 2018 est terrible ! Les magistrats sont très sévères avec la gestion de l’ère Rossinot, qui a plongé la Métropole dans un déficit chronique, rendant la métropole incapable de tout investissement tant ses marges de gestion sont nulles et son endettement colossal. Le coup de grâce a été donné avec la rénovation indispensable du viaduc Kennedy dont le montant se situe entre 20 et 30 millions d’euros. Dans l’état actuel des choses, financer le projet de tramway tel qu’il est, devient impossible sans affecter gravement les autres investisse­ments notamment en matière de mobilité et empêcher de mener à bien les autres politiques publiques. D’autant plus que le Président de la Métropole Mathieu Klein confirme qu’il n’y aura pas d’augmentation des taux d’impôts des Grands Nancéiens.

Les travaux du projet devaient débuter cette année, la mise en service du tronçon Porte verte (Essey-lès-Nancy) – Jeanne d’Arc (Vandœuvre-lès-Nancy) en 2023, la montée de Brabois en 2026 et la prolongation jusqu’à Roberval en 2028.

Cette prise de position du Grand Nancy est une opportunité pour remettre à plat le dossier global des mobilités au sein de la Métropole et du bassin de vie de Nancy, avec un plan vélo ambitieux (200 kilomètres de pistes sécurisées), un véritable plan piéton et un nouveau réseau de bus en site propre, s’appuyant sur les besoins des Grands Nancéiens.

La décision de suspendre ce projet est un acte courageux, lucide, un choix de raison financier.

Les usagers maxois l’auront bien compris d’autant plus que l’intérêt d’un tram n’est pas remis en cause. Pour preuve, la métropole lance de nouvelles études, une concertation citoyenne pour proposer en septembre un nouveau plan de transports pour une mise en fonction en 2023 quand le tram sur pneu sera supprimé (sauf si la Métropole obtient la prolongation de l’exploitation du tram actuel). Aujourd’hui s’ouvre le nouveau chapitre des mobilités de toute la métropole.

Notre permanence mensuelle reste suspendue pour le moment, elle reprendra dès que possible. Vous pouvez continuer à nous suivre et nous interpeler : http://saint-max-autrement.fr/

Christine Minery – Gérard Grandclaudon – Emmanuelle Herbuvaux